Un boom de la construction immobilière en Suisse Romande

Construction immobilière
Posté par GEROFINANCE-DUNAND Il y a 5 Mois
Catégories :
Immobilier

Au cours du 1er trimestre 2017, le chiffre d’affaires de la construction de bâtiments a augmenté de plus de 10% en Suisse.

En Romandie, et en particulier dans les régions de Genève et de Lausanne, les immeubles poussent d’ailleurs comme des champignons.

S’il s’agit assurément là d’une bonne nouvelle pour ce secteur d’activité, certaines répercussions sont redoutées sur le marché du logement et ce à un horizon de long terme.

 

La bonne santé du secteur de la construction immobilière en 2017

Après des années 2015 et 2016 qui avaient déjà été très favorables au secteur de la construction immobilière, voilà que 2017 a débuté sur la même lignée.

En effet, selon l’enquête trimestrielle de la Société Suisse des Entreprises (SSE), le chiffre d’affaires du secteur principal de la construction aurait bondi de 7,2% au 1er trimestre de l’année 2017 par rapport à la même période de l’année précédente.

Si l’on omet le génie civil qui pénalise largement le secteur, la hausse du chiffre d’affaires liée à la construction de bâtiments dépasse les 10%.

Deux principaux facteurs expliquent la bonne santé de la construction immobilière en ce début d’année 2017 :

  • Une hausse des commandes de l’ordre de 3,8% dans le bâtiment
  • Des conditions météorologiques favorables en février et en mars qui ont permis une belle avancée de nombreux chantiers

En Suisse Romande, la hausse des commandes s’est largement vérifiée et c’est d’ailleurs dans cette région que verront le jour la majeure partie des quelques 50 000 nouveaux appartements construits en 2017 en Suisse (estimation du cabinet Wüest Partner).

De nombreux immeubles sont effectivement sortis de terre dans les environs de Genève et de Lausanne ainsi que dans le Valais. Les promoteurs, conscients de la forte demande de logements sur ces zones géographiques, ont saisi les opportunités et ont profité des faibles taux d’intérêt pour conduire leurs projets.

Dans les centres-villes aussi, de nombreux chantiers sont observables, le réaménagement de nombreux quartiers genevois et lausannais ayant conduit à la démolition de certains bâtiments et à l’érection d’immeubles flambant neufs qui devraient aisément trouver des locataires.

Toutefois, ce boom de la construction immobilière n’est une réelle surprise pour personne puisque diverses initiatives ont été menées afin de doper la construction de logements en Suisse Romande. Dès 2009, les procédures pour obtenir une autorisation de construire avaient été simplifiées à Genève.

Mais depuis, plusieurs projets de lois visant à favoriser la construction ont vu le jour. Entre autres, l’un d’eux visent à limiter les recours contre les projets de construction qui n’ont pas d’argument valable et qui ont pour seul objectif de retarder l’érection de nouveaux bâtiments.

Pour dissuader les porteurs de recours infondés, ce projet de loi entend accroître les frais de procédures, augmenter les dommages-intérêts versés à la partie obtenant gain de cause pour la dédommager des pertes éventuelles mais aussi accélérer le traitement de ce type de procédures par la justice.

Il n’empêche qu’à favoriser la construction, les conséquences sur le marché immobilier pourraient être lourdes.

 

Le marché immobilier suisse déséquilibré à long terme ?

Si le boom de la construction immobilière s’explique aisément par le faible niveau des intérêts et par la croissance de la population helvète (même si elle tend à se tasser en raison de la diminution de l’immigration nette), certains professionnels commencent à s’inquiéter face à un tel phénomène.

En effet, au cours des dernières années, la construction de nouveaux logements est devenue supérieure à ce que le marché peut réellement absorber. Le taux de vacance, jusque-là proche de 0% dans les zones géographiques les plus prisées, a ainsi augmenté. S’il n’atteint encore nulle part un seuil critique, les professionnels de l’immobilier redoutent que cette hausse n’ait un effet négatif sur le marché à long terme.

Eh oui, à court terme, un placement immobilier (en savoir plus sur la pertinence de l’investissement locatif en Suisse) reste bien plus attractif que des produits d’épargne dont la rémunération est extrêmement faible.

En revanche, à un horizon de moyen voire long terme, la donne est différente. Si le taux de vacance continue d’augmenter, certains investisseurs pourraient ne plus vouloir investir dans la pierre jugeant le risque de ne pas profiter de rendements intéressants trop important.

En attendant, le boom de la construction immobilière a déjà des répercussions sur le marché immobilier en Suisse Romande. Il faut dire que les nouveaux immeubles viennent considérablement augmenter l’offre de logements à l’heure où la demande se stabilise voire diminue.

Par conséquent, comme souvent en cas de suroffre, il est possible d’observer une baisse des prix des logements en propriété (-4% dans le canton de Genève entre 2015 et 2016, -3,5% dans le canton du Valais sur la même période) mais aussi une baisse des loyers.

En 2017, ces derniers devraient ainsi enregistrer une diminution comprise entre 1 et 1,4% en Suisse Romande selon les prévisions. Et ce ne pourrait être qu’un début si la frénésie de la construction immobilière se prolonge dans le temps…

 

Le boom de la construction immobilière est à l’origine des préoccupations des spécialistes de l’immobilier qui redoutent une surabondance de l’offre de logements venant déséquilibrer le marché.

Pour autant, les conséquences de court terme sont favorables aux acheteurs comme aux locataires puisque prix et loyers baissent. Alors, pas une minute à perdre pour vous rendre au sein de l’une de nos agences immobilières (consultez la liste des agences Gérofinance-Dunand).

 

Sources : rts.chhomegate.chbaumeister.ch

 

 GEROFINANCE-DUNAND
GEROFINANCE-DUNAND