Comment bien négocier le prix d’un bien immobilier ?

Négocier un bien immobilier
Posté par GEROFINANCE-DUNAND Il y a 5 Mois
Catégories :
Immobilier

Si vous espérez réaliser une bonne affaire lors de l’acquisition de votre futur logement, la phase de négociation du prix sera un passage incontournable.

Elle est d’ailleurs devenue tellement incontournable que la plupart des vendeurs l’anticipe en augmentant le prix de vente affiché de 5 à 10% afin de pouvoir obtenir la somme espérée au final.

Aussi, nous vous proposons ici quelques conseils qui doivent vous aider à bien négocier le prix d’un bien immobilier.

 

L’indispensable collecte de données

Alors que beaucoup abordent une négociation la fleur au fusil, ils omettent là ce qui semble la clé pour la réussir à savoir la collecte de données.

En effet, toutes les étapes en amont d’une transaction immobilière doivent vous permettre d’obtenir des données qui pourront vous servir comme arguments au moment de négocier le prix d’un bien immobilier à la baisse.

Ainsi, dès lors que vous avez déterminé le budget à votre disposition pour votre achat immobilier avec votre banquier, il vous faut prendre le temps de bien connaître le marché de l’immobilier dans le périmètre géographique où vous désirez vous installer.

Consultez un maximum d’annonces et faites-vous ainsi une idée de ce que va être le prix juste de tel ou tel bien immobilier. Renseignez-vous également auprès de professionnels pour connaître les prix moyens du mètre carré (en savoir plus sur les prix de l’immobilier en Suisse).

Mais c’est ensuite pendant la visite de ce qui sera peut-être votre futur logement qu’il faudra vous montrer attentif à tout. Ne l’oubliez pas, une négociation se gagne en profitant des faiblesses de l’autre partie. Aussi, tout élément découvert de la visite peut être utilisé « contre » le vendeur.

Ainsi, n’hésitez pas à poser des questions afin de connaître, par exemple, les raisons qui poussent le vendeur à céder son bien immobilier. Sa réponse pourrait vous dire rapidement si la marge de négociation est grande ou non. Dans la même lignée, n’hésitez pas à demander depuis combien de temps le logement est sur le marché.

Si vous sentez que le vendeur est prêt à vous apporter une réponse, vous pouvez même lui demander « franco » s’il est ouvert ou non à la négociation. Une réponse positive sera une aubaine mais une réponse négative ne devra pas vous faire changer de stratégie.

Analysez aussi avec attention le logement et notez le moindre défaut que vous observez. Ces défauts pourront servir votre argumentaire prônant une baisse du prix

 

Une négociation argumentée pour optimiser vos chances de réussite

Maintenant que vous avez pris soin de collecter un maximum d’informations et de vous assurer que le logement courtisé est celui que vous désirez acquérir, il va être temps de faire une offre.

Toutefois, vous n’êtes pas obligé de la faire au prix et la négociation pourra débuter avec le vendeur. Pour espérer la mener à bien, faites-le en face-à-face et non pas au téléphone, la distance physique offrant une possibilité trop simple au vendeur d’éconduire l’acheteur.

Si le bien immobilier est sur le marché depuis longtemps ou que la mise en vente est consécutive à un divorce ou à un déménagement lié à une mutation, vous savez que votre marge de négociation est importante puisque le vendeur voudra se « débarrasser » vite de son logement.

Aussi, sur la base des informations précédemment collectées, à vous d’adopter la bonne stratégie. Si vous savez que votre marge de manœuvre est limitée, faites valoir des arguments tels l’absence d’ascenseur, le mauvais bilan énergétique, la nécessité de remettre la décoration au goût du jour (découvrir le type de décoration favorisant la vente d’un bien) ou encore de faire quelques rénovations pour justifier la baisse de prix du bien immobilier.

Si vous avez senti que la marge de manœuvre était plus importante soit parce que les visites sont rares, soit parce que le vendeur est pressé de partir, foncez en proposant une offre largement inférieure au prix de vente affiché. Certains n’hésitent pas à aller jusqu’à -20% pour vraiment tenter de faire la bonne affaire, alors pourquoi pas vous !

 

Négocier un bien immobilier ne s’improvise pas et nécessite préalablement une petite collecte de données afin de déterminer si vous êtes en position de force ou non.

Ensuite, votre réactivité sera la clé pour réaliser une bonne affaire. En effet, si vous êtes le premier à entamer des négociations avec un vendeur pressé de céder son bien, il y a de fortes chances pour que vous deveniez rapidement propriétaire tout en ayant fait quelques belles économies sur le prix de vente.

 

Sources : conseilsimmobilier.chhausinfo.ch

 

 GEROFINANCE-DUNAND
GEROFINANCE-DUNAND