Lifestyle

Cuisines ouvertes : halte aux nuisances

14 août 2018

La cuisine américaine s’est imposée comme une norme d’aménagement moderne. Conseils pour éviter de se faire déborder par ses effluves et son désordre.

Coeur de la vie familiale, l’espace ouvert rassemblant salon, salle à manger et cuisine est devenu la règle dans les appartements neufs ou rénovés. Les architectes d’intérieur romands interrogés installent presque exclusivement ce type d’aménagement. « Cette répartition correspond à nos modes de vie actuels. C’est l’espace central de la maison où la famille se retrouve, à raison d’une heure le matin et de deux heures le soir en moyenne, résume Didier Jordan, cofondateur de l’Atelier Nova à Lausanne. 

On ne prend d’ailleurs plus seulement les repas sur la table de la cuisine, les adultes y travaillent également avec leur laptop, les enfants y font leurs devoirs. » Sophia Scavone, designer chez La Décoratrice&Co, souligne également la lumière et l’impression d’espace qu’apporte une cuisine américaine. Une liberté de mouvement qui emprunte à l’esthétique loft à la mode depuis les années 1980. 

« Les verrières transparentes sont une astuce à tenter: elles laissent passer le regard mais filtrent les odeurs et les bruits. »

Attention aux nuisances

Malgré tous ses avantages, l’aménagement d’une cuisine ouverte n’est pas sans écueils. Avec la suppression des cloisons, les nuisances liées à la préparation des repas peuvent se propager aux autres espaces de vie. Comment bien vivre dans ce lieu ouvert et éviter les désagréments ? En matière d’odeurs de cuisson, le choix de la hotte est crucial, selon Zoé Bauquis, propriétaire de Zoé Design à Genève (cf. encadré). 

Pour masquer la saleté, le choix du mobilier et sa disposition se révèlent importants. « Nous plaçons généralement l’évier à l’arrière, car il s’agit souvent de l’espace le moins propre de la cuisine, détaille Didier Jordan. Les plaques de cuisson seront, quant à elles, installées sur l’îlot central, orientées vers la table à manger. Pour éviter une vue sur les casseroles, on peut réaliser des plans de travail avec différents niveaux, avec une sorte de remontée devant l’îlot. » Installer des revêtements faciles d’entretien est également nécessaire. Autre nuisance à prendre en compte: le bruit. Selon Sophia Scavone, il faut veiller au choix des appareils électroménagers et privilégier les modèles ultrasilencieux. Dissimuler ou assumer La cohabitation de lieux aux usages différents peut également entraîner une discontinuité esthétique. En la matière, les tendances chez les fabricants de cuisines et décorateurs varient largement. Le mobilier de cuisine dernier cri s’efface parfois complètement. « Les grandes marques comme Valcucine proposent par exemple.


LES COMPAGNONS DE LA CUISINE AMÉRICAINE


LA HOTTE ASPIRANTE DERNIER CRI

Ça bouge du côté des hottes. « Certaines d’entre elles se présentent comme de véritables objets de design à la manière des luminaires. D’autres, au contraire, très discrètes, se fondent dans le plan de cuisson comme la Bora de Suter Inox », détaille Zoé Bauquis. Ce modèle absorbe la fumée à hauteur de plaques chauffantes. 


L’ÎLOT-BIBLIOTHÈQUE

Pour brouiller les pistes entre les différents espaces et créer de la continuité, toujours plus de décorateurs placent des éléments du salon dans la cuisine, comme des plantes ou des  bibliothèques disposées sur les îlots de cuisine. À l’inverse, des éléments liés au repas, tels que des  caves à vin, apparaissent dans le séjour.


LE TABOURET DE BAR

De style industriel, scandinave ou contemporain, les tabourets de bar se sont durablement  installés en cuisine. Il ne faut néanmoins jamais négliger le confort, rappelle Didier Jordan. Le plateau doit avoir un dégagement d’au minimum 40 cm. « Sinon, mieux vaut prendre l’apéritif  debout autour de l’îlot et prévoir une véritable table à manger pour le repas. »






Inscription

immoBlog

Newsletter

Suivez les news et recevez les newsletters des rubriques qui vous intéresse

s'inscrire
clear