Nos actus

Le mégachantier de l'Etang dévoile ses nombreuses qualités

21 août 2018

Les premiers lots du plus grand projet immobilier de Suisse romande, le Quartier de l'Etang à Vernier (GE), seront bientôt mis sur le marché. Les parties prenantes dévoilent quelques détails de ce chantier hors norme.

Propos recueillis par William Türler

 

Les chiffres impressionnants donnent une idée de l'ampleur du projet: 290 logements à la vente en PPE, 580 en location, pour un total de 2'500 habitants et un nombre similaire d'emplois accueillis sur un périmètre de 11 hectares. L'imposant chantier du Quartier de l'Etang, démarré à l'automne 2017, devrait se terminer en 2023. Cet espace mixte va notamment abriter un hôtel, des restaurants, des activités hi-tech et commerciales, un centre médical, ainsi qu’un groupe scolaire et une crèche. Ses courtiers et son constructeur se sont assis à la même table pour en vanter les qualités écologiques, la convergence des espaces privés et commerciaux et pour évoquer la stratégie de mise en vente et location des lots.


Les intervenants

Jérôme Félicité, président du groupe Gerofinance-Dunand Régie de la Couronne – société en charge de commercialisation, location et gestion des immeubles.

Bertrand Duckert, administrateur - directeur de la société Edifea SA – société de construction

Robert Curzon Price, CEO de Partner Real Estate - Knight Frank – société en charge de la commercialisation des locaux commerciaux.

 

Qu'est-ce qui distingue ce projet ?

Jérôme Félicité: C’est un projet novateur, l’un de plus importants en Suisse à l’heure actuelle. Il se fonde sur une vraie mixité avec de l’habitat locatif, en copropriété, du commerce, de l’artisanat, un hôtel, une clinique, une école. L'aspect écologique fait aussi partie des préoccupations centrales. Le pompage de l'eau du lac pour réguler la température a permis d'obtenir le certificat 2000 watts. Nous avons aussi fortement misé sur l’architecture, avec par exemple un coup de crayon de l’architecte français Dominique Perrault (ndlr. notamment auteur de la Bibliothèque Nationale François Mitterrand à Paris). Le site est extrêmement bien connecté, avec des accès directs à l’autoroute, à l’aéroport et aux transports publics genevois. Et une fois n'est pas coutume, avec ce futur quartier emblématique de Genève, on développe l'ouest de la ville.


Justement, quels avantages les habitants vont-ils tirer de la construction d'un tel quartier dans cette zone ?  

Jérôme Félicité: Nous aimerions loger en grande partie des gens de Vernier et des environs en primo-accédants. Nous visons notamment des jeunes ménages qui auront la possibilité d’acquérir un logement à des conditions très intéressantes sur le marché. Pour ce qui est de la zone, l’opportunité s’était présentée il y a une quinzaine d’années. Le maître d’ouvrage a fait un pari sur l’avenir. Il s’agissait à l'origine de terrains en zone industrielle.


En termes d'aménagement, à quoi les futurs résidents doivent-ils s'attendre ?

Bertrand Duckert: Nous avons par exemple élaboré un concept qui favorise les déplacements doux et piétonniers. Les places de parking seront localisées en sous-sol et mutualisées en fonction des activités quotidiennes et du retour des véhicules en fin de journée.

Concernant la labélisation 2000 watts, je souligne qu'elle est inédite en Suisse. Cette solution thermique qui utilise l’eau du lac pour rafraîchir et chauffer les bâtiments s’inscrit dans la lignée de ce que les SIG (Service industriels genevois) réalisent déjà depuis une dizaine d’années au centre-ville de Genève et dans le quartier des organisations internationales. Il faut aussi rappeler l’emplacement du site, enclavé entre deux grands axes routiers. Cette situation implique une planification importante qui limite les impacts sur la circulation et les transports publics d’ici à 2021.


Quel est le calendrier ?

Bertrand Duckert: La durée de chantier de chaque îlot s’étendra entre 36 et 42 mois. L’idée est de donner vie au quartier le plus vite possible et de fournir aux futurs copropriétaires et locataires des biens immédiatement habitables.


A partir de quand les différents locaux seront-ils mis à disposition et comment seront gérés les locations et les ventes ?

Robert Curzon Price: Nous souhaitons livrer la plupart des îlots sur une période de six mois entre fin 2021 et début 2022. Nous avons déjà débuté la première phase de commercialisation qui consiste à prendre contact avec certains utilisateurs clés. Nous ciblons les utilisateurs qui offriront au quartier une mixité optimisée qui servira autant les habitants que les personnes qui travailleront sur le site. Il s’agit d’identifier les acteurs tels que les boutiques, les restaurants, la pharmacie, le coiffeur. Il n’y a pas de surfaces commerciales à la vente. Nous cherchons des occupants locataires pour ces unités.


Pouvez-vous détailler le type de locaux commerciaux disponibles ?

Robert Curzon Price: Nous proposerons 15’000 m2 de surface en rez-de-chaussée destinés au commerce de détail. Ces locaux vont constituer la base de la vie de quartier. Nous travaillons de manière minutieuse sur ce premier plan, car il va générer du liant entre les surfaces administratives et les habitations. Dans les étages, nous offrirons environ 140'000 m2 de surfaces administratives. Elles incluront notamment deux hôtels, une clinique, une résidence étudiante ainsi que des surfaces administratives. Ces dernières permettront de proposer des espaces destinés autant à du back-office bancaire qu’à des start-ups ou des sociétés hi-tech par exemple.


Quand vont s'ouvrir les pré-inscriptions pour les logements ?

Jérôme Félicité: La commercialisation pour les copropriétés débutera en octobre 2018. Nous avons établi un format numérique avec une banque qui permettra aux personnes intéressées de s’inscrire en primeur et de fournir toute la documentation nécessaire. Les plus rapides seront les premiers servis. 





Inscription

immoBlog

Newsletter

Suivez les news et recevez les newsletters des rubriques qui vous intéresse

s'inscrire
clear